AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Nous recherchons actuellement des membres de la République

Aimez notre page Facebook et tentez de remporter -50% sur toute la boutique !


Partagez | .
 

 Dans les ténèbres qui m’entourent...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Carrie Law
Élu

Messages : 61
Localisation : Londres

Feuille de personnage
Prime:
50/1000  (50/1000)
Influence:
5/20  (5/20)
Inventaire:
MessageSujet: Dans les ténèbres qui m’entourent... Ven 11 Avr - 1:05





















"Partout où il y a un malheureux, dieu envoie un chien"


 - Et voilà gamine, on est arrivés.

Sursautant d'un coup, je me réveille, regardant autour de moi, la bouche pâteuse, l'esprit embrumé. Ou suis-je, qu'est-ce que je fais là? Pour seule réponse, je vois à ma gauche un homme d'une cinquantaine d'année, une épaisse moustache poivre sel lui cachant la bouche, me regardant avec ses yeux d'un bleu perçant. Ah oui, je me souviens. Mettant une main devant mes lèvres, je baille, m'étirant de l'autre bras. Voila des jours que je n'ai pas dormi plus d'une heure.

- Je vous remercie encore pour votre aide Monsieur Lee.

- Bah, de rien, c'était sur ma route, mais fais attention gamine, Londres n'est pas une ville pour les p'tites filles, j'sais pas c'que tu viens y faire, mais t'attarde pas...

- ça, ça risque pas. Marmonnais-je en ouvrant la porte qui protesta dans un bruyant grincement. Me voyant sortir, Sparkle, mon chien-loup, n'attendit même pas l'ouverture de l’arrière du pick up pour sauter à mes cotés, tandis que je retire mon vélo rose de la voiture. C'est mon seul moyen de transport, je ne vais pas le laisser, quand bien même je déteste sa couleur. Je fais un dernier signe au chauffeur, qui redémarre alors et disparaît au coin d'une rue.

- On a eu de la chance, sur ce coup-là, fis-je à l'encontre de Sparkle qui, pour toute réponse, se contenta d'aboyer.

A croire que la chance est vraiment de la partie, ceci dit. Après avoir rejoins Cardiff en bus, j'ai essayé de savoir quand est-ce que partirait le prochain train pour Londres. Cependant, la guichetière avait été suspicieuse en me voyant vouloir prendre qu'un seul billet, croyant voir une fugueuse (ce qui n'est qu'une demie vérité), elle appela alors la sécurité en me demandant où étaient mes parents. Voyant ma situation compromise, je n'ai pas cherché plus longtemps et j'ai fui. J'ai donc acheté une carte, des provisions, et je suis partie sur la route, bien décidé à faire le chemin à vélo. Naturellement, deux heure plus tard, c'est essoufflé que je me suis arrêtée au bord de la route, à bout de force. Mes réserves de nourriture épuise et un quart d'heure plus tard, Monsieur Lee est apparu et m'a demandé ou j'allais comme ça. Quand je lui ai dit que j'essayais de rejoindre la France, il m'a proposé de me conduire à Londres. Et c'est ainsi qu'un parcours qui aurait du me demander quinze heures n'en pris que deux (enfin, quatre si on compte le vélo).

- Viens Spark, ne traînons pas.

Évidemment, je n'ai pas l'intention de m'attarder outre mesure à la capitale de l'Empire. Un endroit corrompu par le Diable en personne. Mais la nécessité faisant loi, il me faut manger, dormir et refaire des provisions avant de rejoindre Dover.
Si je suis anxieuse? Naturellement, j'ignore ce que mes parents on fait, je me doute qu'ils n'ont pas signaler ma fugue puisqu'ils m'ont jeté dehors mais... En fait, j'en sais rien du tout. Après tout, ils ont pu être pris de remord... Mais j'en doute, mon père ma traité de démon, moi, sa propre fille. Cette pensée m'attriste. Et dire qu'il y a six heures encore,  mes parents m'aimaient. Avant que je ne m'en rende compte, les larmes me montent au yeux.  J'ai de nouveau envie de baisser les bras, de me rouler en boule et de pleurer sur ce trottoir jusqu'à ce que la neige m'ensevelisse. Au diable l'Empire, l'Alliance et la Force. Laissez-moi à ma douleur...

Sparkle aboie de nouveau, attrapant le bas de ma robe blanche en laine pour me tirer vers l'avant. Je souris. Parfois, j'ai vraiment l'impression que c'est lui le plus adulte de nous deux.

- T'as raison Sparky, les larmes n'accomplissent rien...  Dis-je en essuyant ces dernières d'une revers de la manche de ma doudoune marron. On fait nos courses et on ne revient plus jamais ici.

Que cette ville est immense! Une heure plus tard et malgré ma volonté de faire vite, je n'ai trouvé que des magasins tellement cher que je n'ai même pas de quoi m'acheter de l'eau. Je ne m'attendais pas à ce que les prix soient à ce point... Excessifs. Mon argent de poche ne suffira pas.  Je peux toujours essayer de les prendre discrètement les choses mais... Non, non. "Tu ne voleras point ton prochain". Ce serait un affront envers Dieu. Je sais que même si je suis devenue un monstre à cause de cette "Force" maudite, lui, il continue de m'aimer. Et je me montrerai digne de son amour. Il ne restait plus qu'à... Mendier?
Génial...

- - -

- Bon, tu es prêt? Un autre aboiement, alors faisons de notre mieux. Par ici messieurs mesdames, venez admirer notre spectacle!

Pour moi qui a toujours été timide et introvertie, c'est une véritable épreuve de parler si fort pour rameuter la foule. trois quatre personnes tournent la tête vers moi, et je perd tout courage soudainement. Pourquoi je fais ça, deja? J'ai l'impression que mon visage est pivoine, tandis que mon cœur bat si fort dans ma poitrine qu'il me fait mal. J'ai peur, mais c'est la façon la plus simple que j'ai trouvé pour que nous gagnions vite de quoi partir. Et puis, ce n'est pas moi la "vedette", à l'instant.
Sparkle est un chien dressé, plus par ennui qu’autre chose.  Mais nous passions tant de temps ensemble qu'il fallait bien le passer, ce temps... Alors je lui ai appris une gamme de tour assez... Variés, comme le démontre les deux salto arrière d'affilé qu'il vient de faire.
Quelques personnes sourient. D'autres continuent leurs routes. Je ne me laisse pas abattre et je commence donc à donner quelques ordres à Sparkle, essayant de trouver une bonne alternative pour ne pas le fatiguer trop vite, tout en captivant suffisamment la foule pour qu'ils restent. Au fond de moi, je n'ai qu'une envie, c'est qu'ils partent.

Les tours s’enchaînent, saltos, roulades, tournoiement, tout y passe. Je termine sur un rattrapage de balle avec un salto, voyant Sparkle commencer à fatiguer. Je sais qu'il continuera si je lui demande, je le sens, mais je pense qu'on à assez amusé la galerie comme cela. Et puis toute cette foule me mets mal à l'aise, or, je réagis mal à la peur, comme me l'a déjà prouvé mes "Incidents" d'école.

- J'espère que vous avez apprécié, n'hésitez pas à nous le faire savoir.

Dis-je en posant mon bonnet par terre. Quelques passant posent une pièce ou deux, tandis que je m'en vais féliciter mon chien en lui sortant quelques friandises qu'il avale goulûment. Ah, ça aussi, il va falloir en racheter... Espérerons que la recette sera bonne car je n'ai qu'une envie à l'instant, c'est m'enfoncer dans un trou de souris et ne plus jamais en ressortir...



_________________
Quand les brebis enragent, elles sont pires que les loups...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Princesse Eresys
Seigneur Damné

Messages : 87
Emploi : Seigneur Damné
Localisation : Londres, Grande-Bretagne, Empire

Feuille de personnage
Prime:
50/1000  (50/1000)
Influence:
20/20  (20/20)
Inventaire:
MessageSujet: Re: Dans les ténèbres qui m’entourent... Ven 11 Avr - 11:09

Le temps était clair au dehors et Eresys commençait à en avoir un peu assez de regarder le soleil par la fenêtre uniquement. Ici, elle était en sécurité et son père refusait donc qu'elle sorte outre mesure et prenne le risque de se faire agresser par un citoyen récalcitrant. En général, la Princesse était obéissante, sauf quand il s'agissait de rester à l'intérieur sans rien faire. Dans ces cas-là, elle fuyait par la fenêtre et déambulait des heures dans les rues de Londres, distribuant sourires sur son chemin.

Aujourd'hui n'allait pas faire exception. Elle s'ennuyait tellement au palais de Wesminster... Il n'y avait rien à faire, il fallait toujours faire attention à ne rien casser, à se porter bien. Au moins dehors, quand on ne la reconnaissait pas, elle était tranquille. La jeune femme verrouilla donc la porte de sa chambre après avoir prévenu le garde qui attendait devant qu'elle allait dormir un peu. L'homme acquiesça et la serrure se verrouilla presque aussitôt. La princesse s'approcha de la fenêtre. Sa chambre était au premier étage mais grâce au balcon, elle avait fait installer une petite échelle en bois, soit disant pour faire pousser des plantes dessus.

La jeune femme ouvrit donc la porte fenêtre aussi discrètement que possible et passa par-dessus le balcon pour se laisser descendre contre l'échelle. Elle descendit jusqu'en bas et s'étira quand elle fut dans le luxueux jardin à la française. Ici tout était totalement symétrique et Eresys détestait ça. Elle ne s'attarda donc pas dans les parages et se faufila aussi discrètement qu'elle le put jusqu'aux grandes grilles dorées qu'elle escalada tant bien que mal avec sa robe faite de lourds tissus. Évidemment, elle ne pouvait pas passer par l'entrée principale dès maintenant, sinon les gardes préviendraient son père qu'elle était sortie, s'ils ne tentaient pas de l'en empêcher.

Eresys arriva finalement dans les rues londoniennes et marcha plusieurs heures sans se presser, avançant doucement sur le bitume. Elle traversa Hyde Park à pas lents, prenant le temps de saluer les personnes qu'elle croisait sur sa route quand ils l'observaient avec ce regard admiratif qu'on lui offrait toujours. Après tout, elle était réputée pour être la plus douce des Seigneurs Damnés et tout le monde l'appréciait, ou presque.

La princesse arriva rapidement dans les petites rues piétonnes de la ville. C'est à cet endroit qu'elle sentit un changement. Elle ne savait pas exactement de quoi il s'agissait mais elle sentait que quelque chose n'était pas normal dans ce coin. La jeune femme avança un peu plus, s'enfonçant dans la foule quand elle entendit une voix appeler la foule. Elle tourna immédiatement la tête vers l'origine de la voix, découvrant une fille plutôt jeune dans une robe en laine qui avait du être totalement blanche, accompagnée d'un chien. L'animal enchaîna plusieurs numéros sous les ordres de sa jeune maîtresse.

Eresys observait les deux êtres avec attention. Elle ressentait de plus en plus cette perturbation qui lui disait que quelque chose n'était pas normal avec cette gamine. Déjà, elle ne l'avait jamais vu avant, même si ce n'était pas une preuve de quoi que ce soit. Mais en général, les quelques SDFs de la ville restaient au même endroit pour faire la manche. Elle devait avoir changé de lieu ou être tout juste arrivée sinon Eresys l'aurait déjà aperçu.

La Princesse s'approcha encore plus de la jeune fille qui était désormais occupée à remercier son chien du petit spectacle qu'il venait de donner. La jeune femme chercha dans la poche de sa veste noire et trouva un billet de 20 livres qu'elle posa dans le bonnet en laine de la plus jeune. C'était très généreux de sa part, surtout pour avoir vu pendant quelques minutes un chien faire le singe mais quelque chose poussait la princesse à rester près de cette fille, à attirer son attention. Et quoi de mieux pour cela que de s'adresser à elle ?

« Très beau numéro que tu nous a fait là, petite. Comment t'appelles-tu ? Je ne me rappelle pas t'avoir déjà vu dans le coin. »

Elle était assez directe mais c'était le mieux qu'elle avait trouvé pour engager la conversation de manière intéressante. De toute façon, Eresys n'était pas connue pour sa patience.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Carrie Law
Élu

Messages : 61
Localisation : Londres

Feuille de personnage
Prime:
50/1000  (50/1000)
Influence:
5/20  (5/20)
Inventaire:
MessageSujet: Re: Dans les ténèbres qui m’entourent... Sam 12 Avr - 20:51





















"Je n'existe pas, je n'existe pas, je n'existe pas... Ou pas vraiment."


 Au début, j'ai pensé, pendant un infime instant, utiliser la Force démoniaque pour faire des... Trucs. Pour amuser la galerie, comme venait de le faire Spark, mais je ne suis pas idiote, jeune, oui, mais pas dénuée d'un peu de clairvoyance. Je sais que je suis au centre de l'empire, et je sais que je ne veux pas devenir une damnée... Bien qu’en fait je ne sais pas du tout comment on n'en devient un, tout comme j'ignore à quoi ils ressemblent...
Mon village était si petit qu'il n'avait pas de nom, ce n'était qu'un lieu-dit parmi tant d'autres : quel Damné aurait pris pas peine de s'y déplacer? Plus jeune, je les imaginais semblable au diable, la peau et les yeux rouges, avec des cornes et des tatouages sataniques sur toute la peau. Puis, après avoir rit en écoutant ma description, mon père m'avait expliqué que leurs apparences restaient bien souvent affables, hormis leurs yeux et c'était là leurs plus grande force. " Quand les démons veulent produire les forfaits les plus noirs, ils les présentent d’abord sous des dehors célestes. ".
Qu'importe, je ne deviendrais pas comme eux. Je rejoindrais l'alliance et... Et quoi? C'est vrai, je n'ai pas pensé à ce que je ferai, une fois loin d'ici...

Je fus cependant coupé dans mes réflexions, non pas par Sparky toujours occupé à dévorer ses rations, mais par une voix douce et affable qui m'interpella (me faisant sursauter, sans trop de surprise, trois heures de sommeil ne rendent pas moins alerte et sur le qui-vive quand on vient de quitter sa maison).

-  Très beau numéro que tu nous a fait là, petite. Comment t'appelles-tu ? Je ne me rappelle pas t'avoir déjà vu dans le coin. 

Devant moi se tient une belle dame. De celles qu'on ne peut voir qu'en ville, vêtue de si riche vêtement que je ne douterais pas un instant que sa robe soit l'équivalent de plusieurs années de salaire. Tout comme ses bijoux. J'aurais probablement rougis si elle n'avait pas fait suivre son compliment par quelques questions directes et bien placés auxquelles je n'avais pas forcement envie de répondre. Je l'ai déjà dit, je déteste qu'on me voit, je déteste qu'on s’intéresse à moi, j'aimerais être si insignifiante pour qu'on ne me remarque jamais. Après avoir quitté la maison, après être devenu une vagabonde, je pensais réellement avoir réussi à être insignifiante, mais j'ai l'ironique impression d'être encore plus visible qu'avant, tandis que je me cachais de ma propre famille.
Et moi qui pensait enfin être libre.

Malgré ma réticence, je n'ose me montrer irrespectueuse, sauf que je ne sais pas vraiment comment je dois me comporter avec ce genre de personne. J'hésite, regardant de gauche à droite, l'air, nerveuse, mes mains triturant déjà une mèche de mes cheveux d'un blond sale.  Finalement j'imite une révérence un peu maladroite, plutôt bourrue, bref, une révérence qu'on pourrait attendre d'une gamine de ferme. Je ne sais même pas si c'est ce qu'il faut faire.

- Je vous remercie madame et je suis heureuse que les tours de Sparkle vous ai plu... Je... J'hésite un instant à mentir, mais je n'ai jamais été une très bonne menteuse, et je suis si nerveuse que, même en disant la vérité, elle pourrait croire que je mens tant mon regard est fuyant. Je m'appelle Carrie, madame, et vous avez raison, je ne suis que de passage. Cependant, si je gêne je peux partir. Je ne savais pas trop où aller alors je me suis mise ici et puis...

Je commence à partir dans des explications sans queue ni tête, parlant plus par nervosité qu'autre chose, alors que je me triture les mains. Sparkle a terminé ses friandises et se tourne vers moi, aboyant à nouveau. J'en profite pour le caresser, faisant disparaître mes mains dans son poil chaud. Il a tendance à me calmer quand je suis trop nerveuse, ce qui arrive assez souvent, il faut l'avouer. Je n'ai aucun courage et je suis très peureuse, alors, forcement, ça n'aide pas.
Cependant, en elle-même, la femme me faisant face ne me fait pas peur, bien qu'elle soit intimidante avec ses luxueux vêtements, ses manières, son autorité et sa taille (comme tous les adultes). Cependant, c'est autre chose qui me gêne chez elle. J'ignore parfaitement ce que c'est, et a vrai dire, c'est la première fois que je ressens ça. Une sorte d’inquiétude latente à sa seule présence comme si je suis soudainement plus alerte. Elle m’inquiète.
Mais je ne connaissais pas la princesse Eresys à cet époque, sinon, je n'aurais pas cherché à répondre et aurais fui à toutes jambes...



_________________
Quand les brebis enragent, elles sont pires que les loups...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Princesse Eresys
Seigneur Damné

Messages : 87
Emploi : Seigneur Damné
Localisation : Londres, Grande-Bretagne, Empire

Feuille de personnage
Prime:
50/1000  (50/1000)
Influence:
20/20  (20/20)
Inventaire:
MessageSujet: Re: Dans les ténèbres qui m’entourent... Lun 14 Avr - 19:54

La jeune fille semblait plutôt nerveuse à Eresys qui tenta de la rassurer à l'aide d'un sourire agréable. Après tout, elle n'était pas si méchante que cela, elle avait juste grandi dans un endroit, dans un monde différent de celui des autres, mais cela ne faisait pas d'elle un monstre, la plupart du temps en tout cas. Et cette fille ne lui avait rien fait pour l'instant, elle l'intriguait juste. Et quelque chose en elle appelait Eresys.

Depuis qu'elle s'était approchée d'elle pour lui parler, la princesse avait compris de quoi il s'agissait. La Force. Cette fille en était dotée, elle aussi. Sauf qu'elle ne l'utilisait pas vraiment de la même manière que la jeune femme. Mais elle se trouvait en plein milieu de la capitale de l'Empire ce qui signifiait soit qu'elle était stupide, soit qu'elle n'avait pas encore choisi de camp. Eresys pencha pour la seconde option.

Elle éclata d'un léger rire quand la fille s'inclina devant elle, faisait une révérence étrange qui prouvait qu'elle n'était pas coutumière de ce genre de comportement. Les gens passaient leur temps à s'incliner devant l'héritière, aussi elle avait maintenant l'habitude et reconnaissait tout de suite quelqu'un qui savait ce qu'il faisait à un autre. Et cette gamine ne semblait vraiment pas dans son assiette devant la Princesse. La jeune femme écouta avec attention les réponses de la petite blonde, ses sourcils se fronçant à mesure qu'elle parlait.

Ainsi, elle prétendait être de passage. En soit, si ça n'avait été qu'une gosse comme les autres, Eresys l'aurait laissé partir vers la destination qu'elle souhaitait. L'Empire prospérait et il y avait très peu de SDF mais ce n'était pas un problème d'en voir quelques uns. Après tout, c'était quelque chose devenu naturel au début de ce siècle.

Mais cette fille n'était pas normale. Elle possédait la Force, la princesse l'aurait parié. Elle pouvait sentir le pouvoir encore un peu hésitant se propager dans les veines de son interlocutrice. Bien sûr, ce n'était pas simplement en la regardant que la jeune femme saurait si la blonde était capable de grands pouvoirs. Mais elle restait une élue et tous les élus avaient leur place dans l'Empire. Et si Eresys amenait une nouvelle recrue à son père, celui-ci n'en serait que plus fière. La princesse adressa un nouveau sourire à son interlocutrice et lui répondit gentiment :

« Tu ne nous déranges en rien, Carrie, au contraire, tes tours sont très divertissants. » Ce n'était peut-être pas tout à fait vrai, après tout il ne s'agissait de rien de plus que d'un chien faisant des pirouettes mais bon, il fallait savoir se montrer gentil, parfois. La princesse laissa un silence s'installer pendant quelques secondes avant de reprendre :

« Je m'appelle Eresys et je pense que toi et moi allons bien nous entendre. Je crois déjà savoir que nous avons un très grand point commun, n'est-ce pas ? »

Elle était soudainement beaucoup moins directe mais c'était mieux ainsi. Il ne fallait pas faire peur à Carrie et puis, il était possible qu'elle ait déjà entendu parler d'elle et qu'elle connaisse donc son lien avec Lord Roan. Si c'était le cas et que Carrie n'était pas le genre à s'intéresser à l'Empire, il vallait mieux rester discrète sur ses intentions. Ses pouvoirs, elle pouvait en parler librement, car personne n'en ignorait l'existence. Mais ses intentions, elle devait les garder cachées le plus longtemps possible afin de gagner la confiance de la jeune fille et de l'attirer dans ses filets.

Oh bien sûr, elle avait déjà un apprenti mais Eos ne lui demandait plus tellement de travail que cela. Il était tout à fait capable de se débrouiller seul, il ne lui restait plus qu'à apprendre à maîtriser ses pouvoirs, ce dont elle s'occupait jour après jour. Avoir une deuxième personne sous son aile pourrait s'avérer utile.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Carrie Law
Élu

Messages : 61
Localisation : Londres

Feuille de personnage
Prime:
50/1000  (50/1000)
Influence:
5/20  (5/20)
Inventaire:
MessageSujet: Re: Dans les ténèbres qui m’entourent... Mer 16 Avr - 22:50





















"Run Away"


- Tu ne nous déranges en rien, Carrie, au contraire, tes tours sont très divertissants.

Sa voix était douce, rassurante. On aurait dit un mélange de miel et de marmelade. Le genre de voix qui vous fait imperceptiblement vous détendre. Mes épaules se détendirent un peu, mes mains arrêtèrent de torturer ma mèche de cheveux. Mais mon regard restait fuyant et mon attitude de pur retrait. A la moindre occasion se présentant à moi, je fuirai. J'avais maintenant assez pour prendre le bus, et la route allait être longue. Plus je m'attardais, plus je prenais le risque que l'empire apprenne ma présence. Qu'un Damné me voit. Or, pour fuir, il me fallait rester invisible...

Au moment même ou je voulus prendre la parole pour me retirer en sous-entendant que j'avais à faire avant de continuer ma route, la jolie dame reprit la parole, de sa même voix, douce et tendre. Cependant, les mots qui en sortirent firent rater un battement un mon cœur.

- Je m'appelle Eresys et je pense que toi et moi allons bien nous entendre. Je crois déjà savoir que nous avons un très grand point commun, n'est-ce pas ? 

C'est comme si, soudainement, une vague venait de m'ensevelir toute entière, me laissant dans un étrange état, mélange de peur et d'horreur. Mon esprit cessa tout bonnement de réfléchir, une seule phrase tournant en boucle au fond de ce dernier : "elle sait, elle sait, elle sait". Impossible de m'en défaire. Impossible de penser à autre chose, alors que mes yeux la regardent avec horreur. Je ne sais pas qui est cette Eresys, quand bien même son nom me semble familier, et je ne sais pas non plus comment elle fait... Peut-être parce qu'elle aussi est un monstre. A la voir, c'est difficile à le deviner, mes ses mots le disent : nous avons en commun, c'est une Damnée. Elle s'est vouée à Satan pour obtenir ses pouvoirs... Enfin, je crois. Depuis que je suis moi-même devenue une maudite, je ne sais plus trop quoi penser. Peut-être que je ne suis pas la seule à qui cela arrive sans rien demander. Peut-être que d'autres personnes se retrouvent marqué par le Diable sans n'avoir rien demandé à personne. Mais Eresys semble si à l'aise, la tête haute, le port gracieux. Hormis la Force, nous n'avons rien en commun. Elle ne semble même pas s'en cacher, comme si... Comme si elle était fière de sa malédiction. Je n'y comprends rien. Elle semble si douce, si élégante, peut-être... Peut-être qu'elle est... Non! Mensonge, mensonge! Ne te laisse pas avoir par son apparence céleste, Carrie, tout n'est que mensonge, c'est un monstre. Comme les élus. Comme les Damnés.
Comme toi.

Je tremble de peur, reculant un peu plus pour finir par me heurter à mon chien qui aboie de protestation. Je déteste ce que je suis depuis le jour où j'ai commencé à comprendre que j'étais différente. J'aurais tout donné pour être normal, mais Dieu (ou le Diable, qu'importe) en avait décidé autrement. On ne m'a jamais appris autre chose que haine et désapprobation à l'égard des Damnés, et pour la première fois de ma vie, j'en ai une, là, juste devant moi. Je ne sais pas quoi faire. Je ne sais pas quoi penser. J'avais espéré pouvoir fuir et disparaître au fin fond des terres de l'Alliance en emportant mon secret dans la tombe, pour que plus jamais on ne sache ma véritable nature. Mais cela semblait bien plus difficile que je ne l'avais cru, ce matin, en imaginant mon plan pour rejoindre le sud de la France...

Malgré tout, je fis un effort pour sourire (d'un sourire qui ressemblait plus à une grimace qu'autre chose), cependant mes mains frottaient doucement mes bras, faisant mine de me réchauffer pour ne pas laisser paraître la peur dévorante qui en cet instant me donnait envie de vomir, rendant mon teint, déjà pale, complètement livide. Encore un peu et je m'évanouis, à n'en pas douter.
J'aurais tout donné pour être invisible, en cet instant.

- J-Je... Je ne vois pas ce qu'une s-simple enfant comme moi pourrait avoir en commun avec une noble dame comme vous, Dame Eresys. J-je, vous vous trompez peut-être de personne je... J-je...

Ma gorge se bloque: la peur est trop forte et plus aucun mot n'ose sortir. Je dois partir. Maintenant. Le regard passant de mon interlocutrice à mon bonnet, je n'hésite plus, et pourtant j'ai tellement peur. Je vous l'ai déjà dit, je ne suis absolument pas courageuse, et en cet instant, mon esprit ne me dit qu'une seule chose, un seul message : fuis. Je n'ai pas besoin de parler avec Sparkle pour qu'il sache ce qu'il doit faire. Dans ces moments graves, c'est comme s'il comprenait mes pensées avant même que je les formules. Aussi attrape-t-il le bonnet, perdant la quasi totalité de nos gains, mais je m'en fiche, à l'instant. Ma seule préoccupation est de fuir les lieux, car cette chose, ce... "Pouvoir" maudit commence à se glisser hors de moi. Je fais de mon mieux pour que rien n'arrive, mais la foule nous entourant, semblant fascinée par Eresys, ne fait que renforcer ma peur. Avant que je n'ai le temps de réaliser la chose, comme avec mon frère, les quelques personnes devant moi volent quelques mètres en arrière, me laissant le champ libre pour me faufiler et essayer de disparaître. Je ne prends même pas la peine de réaliser ce que je viens de faire, que déjà je continue ma course.
J'aurai tout le temps de me laisser sombrer dans ma culpabilité chérie plus tard...



_________________
Quand les brebis enragent, elles sont pires que les loups...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Princesse Eresys
Seigneur Damné

Messages : 87
Emploi : Seigneur Damné
Localisation : Londres, Grande-Bretagne, Empire

Feuille de personnage
Prime:
50/1000  (50/1000)
Influence:
20/20  (20/20)
Inventaire:
MessageSujet: Re: Dans les ténèbres qui m’entourent... Sam 19 Avr - 16:30

Dès qu'elle eut terminé sa phrase, Eresys comprit qu'elle avait été trop loin. La jeune fille semblait tellement effrayée... Elle venait sans doute de comprendre ce à quoi la princesse faisait référence, la Force, et cela semblait lui déplaire. Eresys ne comprenait pas trop sa réaction, après tout elles partageaient le même pouvoir et bien que l'aînée soit probablement plus puissante que sa cadette, il était clair dans sa façon de parler et d'agir qu'elle ne comptait pas lui faire de mal. Pourtant, la blonde recula et se heurta à son chien, comme si Eresys essayait de l'écraser du poids de ses dons.

La jeune femme recula d'un pas, pour montrer qu'elle ne voulait aucun mal à la fille et lui adresse un sourire compatissant quand celle-ci assura qu'elle ne voyait pas de quoi la princesse voulait parler. Bien sûr que si, elle le savait alors pourquoi jouer les timides ? Tout le monde savait que les Damnés utilisaient leurs pouvoirs avec une grande puissance et dans la liberté la plus totale. Quiconque voulant s'améliorer sans avoir à mettre derrière lui des pans importants de sa vie rejoignaient leurs rangs, car contrairement aux Jedis, les Damnés ne demandaient aucun sacrifice. Cette petite devait le savoir et si ce n'était pas le cas, Eresys allait le lui expliquer. Elle continuait de sourire quand elle reprit la parole.

« Allons, Carrie, tu sais très bien de quoi je veux parler. Ne sois pas apeurée, je ne te veux aucun mal. Je peux même t'aider, à devenir plus puissante, à contrôler tes dons et même à te faire une place dans la société. »

Elle s'arrêta une seconde pour regarder la jeune fille avec attention. Ses mots ne semblaient pas vraiment la convaincre, elle restait méfiante et cela se voyait. Pourtant, comme elle venait de le lui dire, Eresys ne voulait que son bien, rien d'autre. Jamais elle ne lui aurait fait de mal. D'accord, elle était un peu trop capricieuse et n'aimait pas qu'on lui résiste ou qu'on lui refuse quelque chose. Mais elle savait déjà qu'elle ne pourrait contraindre Carrie par la violence ou par le biais de la Force. Il fallait gagner sa confiance et piquer sa curiosité. Mais pour cela, Eresys devait en apprendre plus sur la jeune fille, savoir de quoi elle avait peur au juste, comprendre tout simplement. Elle refit un pas en avant et reprit.

« J'ai l'impression que tu as peur... Il ne faut pas, je ne suis pas méchante, loin de là. Je veux ton bien et celui de tous ceux qui ont les mêmes dons que nous. Si quelque chose ou quelqu'un nous a doté de ces pouvoirs, il doit y avoir une raison, tu ne penses pas ? »

Elle essayait ce qu'elle pouvait pour calmer la jeune fille. Dans un monde fait de sciences et de certitudes, il était toujours difficile d'expliquer l'origine de la Force. Eresys avait constaté aux côtés de son père que tous les Élus se considéraient comme différent, quelque soit la manière dont cela se montrait, positivement ou négativement. Et après tout, ils l'étaient. Et la princesse était de ceux qui pensaient que les Élus devaient être mis en avant. Ils étaient dotés de tant de pouvoirs, de capacités, ce ne pouvait pas être pour rien. Elle ne croyait pas vraiment en un Dieu mais pas non plus au hasard. Quelque chose avait fait que la Force existe. Peut-être que cette fille serait elle aussi sensible à cela. Elle ne savait pas encore à quel point elle avait vu juste et si la blonde continuait de se braquer ainsi, elle ne le saurait sans doute jamais. Mais qui ne tente rien n'a rien, pas vrai ?

« Fais-moi confiance, s'il te plais. » ajouta-t-elle doucement. « Je ne te ferais aucun mal et si tu persistes à refuser mon aide, je te laisserais partir sans dommages. »

Elle ne savait pas encore si elle envéraient des gardes impériaux à la recherche de la jeune fille une fois rentrée au palais, mais elle était déjà certaine qu'elle ne se chargerait pas de cette chasse elle-même. Ce n'était pas son genre, quand elle se battait pour quelque chose qu'elle désirait, c'était en l'exigeant auprès de son père, pas autrement. Cette sale habitude devrait bien changer un jour mais ce ne serait pas pour tout de suite.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Dans les ténèbres qui m’entourent...

Revenir en haut Aller en bas
 

Dans les ténèbres qui m’entourent...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Power Down] La liberté s'allume dans les ténèbres...
» [Quête] Une lumière dans les ténèbres
» Marche dans les ténèbres.
» Dans les Ténèbres de ma mémoire [Terminé]
» Nouveau venu dans les ténèbres [Shachath, Asher] [18/03/42]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Force Rises :: Les Territoires de l'Empire :: Iles Britanniques et Nord de la France :: Londres :: Commerces-
NOS PARTENAIRES